Trek de Kalaw au Lac Inle

Publié le par Milia




Après 15 heures de bus (départ 3h30 du matin, arrivée 16h30, sur les rotules), passée assise en angle droit, une fesse sur la banquette dure comme du bois, une fesse dans le vide (la banquette n'étant pas assez large pour contenir nos deux paires de fesses), les genoux se heurtant à la barre de fer rouillée du siège de devant, le corps crispé à force de se retenir pour ne pas tomber en raison du sommeil persistant, de la route cahoteuse et des virages en enfilade de montagne, nous atteignons enfin la petite ville montagnarde de Kalaw.



A l'arrivée, un jeune homme, Harri, nous propose de rester dans sa guesthouse, nous acceptons, un peu soulagée pour ma part de ne pas avoir à chercher par nous-mêmes après ce voyage éreintant. Nous passons donc la nuit au Golden Lily Guesthouse, et dinons dans un petit restaurant familial situé dans la pièce à vivre de la maison familiale, à la décoration minimaliste mais chaleureuse : deux tables recouvertes de jolies toiles cirées à fleurs, recouvertes elles-mêmes de broderies ; dans un coin un lavabo rehaussé d'un miroir pour se laver les mains ; une télévision sur laquelle est apposé un napperon délicatement brodé, sur lequel repose un vase en cristal contenant un magnifique bouquet de fleurs en plastique multicolores. Au mur, un poster d'un chanteur sur fond d'arc-en-ciel et un poster de paysage automnal, dépaysant en ce lieu. On aperçoit, dans l'embrasure de la porte, la maitresse de maison en train de préparer notre repas. L'endroit rêvé pour un petit diner feutré. D'ailleurs c'est mon diner d'anniversaire ! (étant persuadée d'être le 9 le jour de mon anniversaire, qui est le 10, nous le fêtons donc en ce jour, le 11, ce qui veut dire que techniquement, j'ai encore 25 ans, non ?)


Notre hôte est un vieil homme, 85 ans pour être précise, il est maire de la ville, parle parfaitement l'anglais, et semble nostalgique du temps de la colonisation britannique. A la fin du repas il nous raccompagne jusqu'à la rue principale, son petit-fils à sa gauche, s'appuyant sur sa canne à sa droite. Très belle image.



Le lendemain, nous partons pour un trek de trois jours dans les montagnes. Béa et moi ne sommes pas du tout équipées : Béa, des converses aux pieds, un long sac de toile en bandoulière, et moi en Birkenstock et sac en bandoulière également, bouteille d'eau à la main et sac plastique portant mes chaussures de rechange en cas d'ampoules. Mais heureusement, Jimmi, un voyageur Coréen s'est gentiment proposé de trouver une petite place dans son sac.



Donc le trek : un des plus beaux de toute ma vie ! De magnifiques paysages, un guide fantastique, de délicieux repas (copieux qui plus est), des contacts privilégiés avec les locaux, de chouettes compagnons de trek et un excellent exercice physique (musculation intense des cuisses, fessiers, et abdos) !



Nous avons passé une nuit ainsi que nos repas chez l'habitant et dans un monastère. Le premier matin, nous nous sommes fait réveiller par un coq juste en dessous de notre maison sur pilotis, et le deuxième par les chants de petits bonzes hauts comme trois pommes. Trop mignon.



Lors de la première journée, Harri nous a emmené boire le thé dans la maison du Chaman du village. Un vieil homme sage, avec un charisme et une aura incroyables. Il nous a montré ses plantes médicinales, nous a parlé de ses croyances et de ses pratiques, m'a lu mon avenir, qu'il me prédit prometteur (youpi !), et me conseille de ne manger ni trop salé, ni trop sucré, sauf s'il s'agit de sucre non raffiné, comme celui provenant directement de la canne à sucre. C'est noté. J'ai été conquise par cette rencontre, très ressourçant.



Les quelques villages dans lesquels nous sommes passés sont peuplés de minorités ethniques. Ces minorités sont très vulnérables et souvent victimes de violations des droits humains par le régime militaire. Je me dis que tant que les treks touristiques passeront par ces villages, ces minorités seront en quelques sortes épargnées.


Si ce trek fut si formidable, c'est grâce à Harri, notre guide. Dans chaque foyer où nous avons mangé ou dormi, l'accueil fut des plus chaleureux. Nous avons pu partager un petit bout de quotidien avec les familles, avec qui les échanges ont été simples et sincères. La famille de Harri est arrivée d'Inde il y a trois générations et vit depuis en Birmanie sans jamais être  retournés dans leur pays d'origine. Dans la région de Kalaw, de nombreux travailleurs ont été déplacés d'Inde et du Népal par les anglais pour travailler sur des projets de construction. Malgré cet éloignement, ils ont su préserver leur culture. Toute la famille est très respectée dans la région. J'ai trouvé tous les rapports entre Harri et les villageois profondément emprunts de respect et de sincérité, particulièrement avec le Chaman et les moines bouddhistes, malgré le fait qu'ils soient de confessions différentes.






Harri picked us up from the bus arrival. He offered to stay at his family's guesthouse, Golden Lily Guesthouse, and we accepted. The next morning we left for a three-day trek from Kalaw to Inle Lake. Although I only spent three days with Harri, he is one of the most respectful, culturally sensitive and warm-hearted persons I have met. He was truly dedicated to making everybody enjoy their time, and seemed to enjoy the trek as much as we did. Every time we stopped somewhere, he would take the time to exchange some words with the people - he speaks most of the tribal languages of the region. The true connection that exists between Harri and the people we have met along the way made the real value of this trek. Although the Singh family does not label their treks as eco-tourism, they truly deserve to be categorized as such. I warmly recommend them for treks in the region!

Golden Lily Guesthouse
5188 Nastin Road, Kalaw
Myanmar
Tel. 081-50108


Arrivés à Inle, c'était l'émerveillement ! Sur le bateau qui nous menait de notre point d'arrivée à notre guesthouse, Nous avons traversé le lac en barque pour atteindre notre guesthouse, et ce fut la surprise totale. Une beauté à couper le souffle, une lumière donnant au lac entouré de montagnes un air à la fois inquiétant et rassurant, des images magnifiques, et un contraste de couleur entre le vert des montagnes, le bleu foncé des nuages, le noir de l'eau, le jaune du soleil qui pointait d'en bas...superbe !


Le soir même, nous sommes allées nous baigner dans des sources chaudes à quelques kilomètres du petit centre d'Inle. Dans mon imaginaire, je voyais ça un peu comme aux Antilles : des cascades d'eau chaude tombant lourdement sur des roches volcaniques recouvertes de mousse, cachées dans un endroit désert. C'est pourquoi je fus un peu surprise de découvrir des bassins artificiels (se fondant tout de même bien dans le paysage) juste en bordure de route, lieu de rassemblement des villageois pour le bain et la lessive (pour les femmes). Un bassin pour les hommes, et un bassin pour les femmes, constitué des eaux usées provenant du bassin des hommes. Donc nous allons gaiement vers le bassin des femmes, non sans une petite gêne, quand tous les regards se dirigent vers nous. Pour les raison citées plus haut, je décide de juste me tremper les pieds. Le fait d'avoir ces deux bassins séparés créé une sorte de lien entre ces femmes et nous, qui vient du fait que peu importe nos origines, nous nous retrouvons dans le même bassin. Cette fois c'est une distinction homme / femme et non touristes / locaux. Mais dans tous les cas, les femmes locales sont toujours les moins bien loties...

Nous rentrons à vélo sous une pluie battante, qui me parut qui me paru un peu fraiche après les sources chaudes. De quoi nous préparer pour la journée suivante...suspens...


Myanmar: Ethnic minorities: Targets of repression
'BURMESE DARFUR', The Silent Genocide of Myanmar

Publié dans Burma [Myanmar]

Commenter cet article

Patrick 04/05/2009

La suite ! la suite ! la suite ! Juste une suggestion : As-tu les photos correspondant aux commentaires ? Surtout les personnages, tu donnes envie de les voir. Très grosse bisePR

émilie 06/05/2009

Ahhhhhhhh... Je viens à peine de rentrer en France et tu me donnes déjà envie de repartir! Je suis contente de savoir que tu vas bien; profite de ce voyage.Take care.Emilie

Sylvain 07/05/2009

Bonjour,
Ca vous dirait de faire un echange de liens avec notre site (page rank 4) www.voyageautourdumonde.fr ?
A bientot,
Sylvain

manu 13/05/2009

je revois pour la n-ieme fois tes photos et je ne m en lasse toujours pas. elles sont vraiment superbes. vivement que tu te degottes un bon appareil!