Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 
Ma carte d’observatrice internationale autour du cou, protégée par son étui plastifié super classe, mon rapport en main : je suis parée pour la journée. Lever a 5h15, dur dur dur… Je salue ma voisine qui fait son Tai Chi sur le trottoir, saute sur mon vélo et me dirige vers le bureau de vote où je resterai la matinée pour l’ouverture des votes. C’est un vrai plaisir de profiter des rues désertes, non pas parce qu’il est 5h30 du matin (ici la vie commence vers 5h), mais parce que la plupart des habitants de la ville sont retournés dans leur province natale pour voter.

A 7h, il faut déjà faire une bonne heure de queue avant d’atteindre l’isoloir. Mais sur place, l’organisation est presque parfaite. Le vote se déroule dans une ambiance solennelle. La directrice de l’école nous fait les gros yeux et nous somme de nous taire au moindre chuchotement, en brandissant des « silence » francs et non-équivoques. Alors on observe. La file à l’extérieur de la salle de classe est une ligne parfaite, avec un intervalle d’environ dix centimètres entre chaque votant. A l’entrée, le premier poste vérifie les identités des votants, puis le bulletin de vote leur est remis avec un tampon officiel attestant la validité du document. Ils se dirigent ensuite vers l’isoloir, votent, glissent le bulletin dans l’urne, et trempent leur doigt droit dans de l’encre indélébile (enfin juste une petite semaine), pour éviter les malins qui voudraient repasser deux fois (certains noms khmers assez récurrents peuvent apparaître jusqu’à dix fois sur la même liste).

Après une longue pause sieste-déjeuner avec Marjolaine, ma « camarade d’observation », on est de retour dans un autre bureau de vote pour observer le dépouillement cette fois. Quelle barbe !! Oui il faut le dire : quoi de plus soporifique qu’une maitresse d’école qui énonce les résultats de 250 bulletins de votes en Khmer avec une voix suraigüe ? Ca donne : Na’Pa’ Lei Boon ! (parti numéro quatre, parti au pouvoir) ou petite variante : Na’Pa’ Lei Pram Boon (parti numéro neuf, opposition) pendant plus d’une heure, assis sur des bancs en bois de vingt centimètres d’épaisseur (soit un tiers de la largeur de mon postérieur) sans dossier, par 30 degrés. Parce que comme on pouvait s’y attendre, le parti au pouvoir (Cambodia People’s Party, Na’Pa’ Lei Boon) a récolté plus des deux tiers des voix (à confirmer dans 10 jours).


Le dilemme quand on est « foreign observer », c’est qu’il faut détecter des anomalies dans un univers khmer. Alors à défaut de pouvoir comprendre la langue et l’écriture, on observe ce qu’on est en mesure d’observer. Mais ca reste tout de même limité. Ce qui m’a surtout frappé, c’est la bonne volonté des organisateurs, du moins dans les bureaux de votes que j’ai observés. Tout le monde semblait y mettre du sien pour que tout se déroule de la meilleure façon possible. Les institutrices et les observateurs accomplissaient leur mission, consciencieusement, gardant en tête que le bon déroulement des élections dépendait aussi d’eux.


Mais les anomalies peuvent surtout s’observer pendant la campagne. Les intimidations, les disparitions mystérieuses de certains noms sur les listes électorales, et les manipulations en tous genres. Mais quoi qu’il en soit, tout le monde semble soulagé que les élections se soient passées sans violence. Sans violence apparente j’ajouterais.


Cambodian Rulers claim poll win, BBC News
puis, tiens ! Les elections en Equateur aussi.


*     *     *
Hey hey !! Je viens d'apprendre que je suis passée au 20h cambodgien et sur TV5 Monde|Asie ! Je n'ai toujours pas vu le reportage mais j'ai été filmée pendant le depouillement (description un peu plus haut), alors je ne donne pas cher de ma mine dynamique et professionnelle :)



La photo n'est pas de moi, en tant qu'observatrice, pas le droit de prendre de photos.

Tag(s) : #Cambodia

Partager cet article

Repost 0